14/11/2017

Bonnet et moufles pour garçonnet



Alors que j'étais complétement absorbée par mon prochain projet de Yarn Bombing, l'Homme dans sa grande sagesse m'a fait remarquer que le temps s'était drôlement rafraichi et que l'enfant n'avait ni bonnet ni moufles, que c'était pas comme si sa mère tricotait, que ce n'était pas grave s'il allait attraper une otite et que si ça se trouve il faudrait lui couper un doigt mais qu'encore une fois ce n'était pas grave puisque le mobilier urbain de Clermont lui, aurait de quoi se couvrir chaudement.
Oui, l'Homme est sage mais un brin drama queen lorsque sa progéniture est concernée. 

En tout cas, la corde "culpabilité maternelle" a bien fonctionné et le soir même, je cherchais un modèle de bonnet sur Ravelry. C'est le modèle (gratuit) Citrus Hat qui a arrêté mon attention. Ces diminutions me plaisaient !


C'est un modèle simple et rapide comme je les aime. Il se tricote en 4 ce qui m'a permis d'utiliser les pelotes de laine Karisma qu'il me restaient de son nid d'ange.


J'ai suivi scrupuleusement le modèle. J'ai juste rajouté des rayures grises sur 6, 4, 2 et un rang en bas du bonnet parce que j'aime bien les rayures, ça donne un côté p'tit mec et en prime ça me permettait de finir mes bouts de pelotes grises et d'avoir assez de laine beige pour finir le bonnet... et les moufles.


Oui, il fallait aussi des moufles pour qu'il puisse continuer à chasser les marrons avec Mamie et profiter des joies de l'automne même une fois le temps moins clément arrivé.


J'ai choisi le modèle Mittens a la Morgan qui propose gratuitement une taille 18-24 mois. Je pensais qu'il faudrait sans doute faire des modifications, mon fils n'ayant que 14 mois. Ça a été le cas mais pas tant que ça.

A droite le modèle d'origine, à gauche le modèle avec les rectifications apportées. 


Finalement, il n'y a eu que deux changements :
- j'ai raccourci le pouce qui était trop long d'un bon centimètre
- j'ai rallongé les côtes parce que si je veux qu'il les garde sur ses mains mieux vaut qu'il y ait de longues côtes, de trèèèèès longues côtes qui remontent biiiiien loin souuus son pull. Le modèle initial était bien trop facilement ôté. 

 Ainsi elles sont parfaites.


L'enfant étant chaudement paré pour l'automne (et l'hiver), je vais pouvoir retourner à mes futiles projets :)


09/11/2017

La petite veste automnale.

Aujourd'hui alors que les températures ont bien chuté, je mets un brin de rayon de soleil sur le blog en vous présentant une petite veste en laine tricotée à temps pour l'automne.


J'ai cousu des boutons chat tout kawaï qui font pousser des petits "gniiiii" à mon fils quand il les voit, les mêmes petits "gniii" que quand il voit notre chat. J'en déduis qu'ils lui plaisent ;)




J'ai choisi des boutons variés aux couleurs des feuilles de platane.


Je trouvais la coupe de cette veste un peu trop classique à mon goût, j'espérais rajouter ainsi une petite note plus rigolote.


Je trouve que le point de damier donne une belle texture. 
Cette veste, elle est douce et moelleuse et ça se voit !


Un col en point mousse qui s'enroule parfaitement autour de son adorable petit cou pour le maintenir au chaud.


C'est vraiment la veste automnale idéale pour aller faire un tour au parc, profiter des dernières fleurs de la saison même si l'ombre est glaciale et que le vent souffle fort.



Je ne promets pas que toutes les fleurs soient restées intactes... mais par contre, les canards ont pu continuer paisiblement leur sieste au bord de l'eau.




Contrairement au manteau de Lino que je trouvais tout flagada une fois fini, cette veste là ne manque pas de tenue, tout en le laissant parfaitement libre de ses mouvements, libre de nous montrer tout ce qu'il trouve, découvre et qu'il a envie de partager à grands renforts de petits cris. (ah ?! on me dit que les canards n'ont peut-être pas si bien dormi que ça...)



Je l'ai tricoté en Karisma de Drops (eh oui, encore ! que voulez-vous, quand on a trouvé la laine parfaite, on n'en change pas !) et en taille 12 mois.


Quant au modèle, c'est un modèle que Phildar proposait gratuitement sur leur site (mais je crois qu'il n'y est plus, en tout cas, la dernière fois que je suis allée voir, je ne l'ai pas vu).


Si vous me trouvez un peu moins présente qu'avant sur le blog, c'est que je suis en train de courir derrière cette petite chose qui ramasse toutes les feuilles mortes qu'il croise pour les apporter une à une à sa Maman. L'automne est vraiment une belle saison qui offre plein de choses à découvrir aux petites mains curieuses...


Il y a un moment où toutes les feuilles seront tombées et ramassées, je devrais avoir un peu de temps libre ^^ (Quoi ! on me dit que la neige va bientôt arriver ?!)

A bientôt ! (ou pas...)

03/11/2017

Boîtes à trésors d'enfance


Pour la naissance du deuxième enfant d'une amie précieuse, je me faisais un point d'honneur de réaliser quelque chose de mes dix doigts. Je savais pertinemment que je n'aurais pas le temps de tricoter ou de coudre quoi que ce soit puisque j'avais déjà du mal à le faire pour mon propre fils. C'est donc vers mon pyrograveur que je me suis tournée. 

Deux petits oiseaux se sont installés sur une boîte en bois pour souhaiter la bienvenue au petit Côme.




Je me suis très fortement inspirée des oiseaux des illustrations de Ruth Morehead, une illustratrice pour enfant que j'admire particulièrement. La rondeur et la douceur de ses personnages vont tellement bien avec la candeur des nouveaux-nés. 


J'ai fait voler quelques plumes...


... et chanter les oiseaux.


Quitte à les faire chanter, autant leur faire fredonner quelque chose de particulier. Comme une évidence, c'est une chanson de Nirvana qui m'est venue en tête en pensant à la maman. A moins qu'inconsciemment, mon cerveau ait fait le lien avec le prénom du petit. En tout cas, avec enthousiasme, mes zoziaux s'époumonent sur "Come as you are". C'est mon petit clin d’œil caché ;)




Pourquoi tous ces oiseaux ? Parce qu'elle avait préparé une chambre sur le thème "Ciel". J'ai trouvé un adorable petit oiseau bleu et je l'ai glissé dans la boîte en attendant qu'il aille se percher dans un coin d'armoire ou de bibliothèque. 


J'ai aussi déposé de petites bottes bleues (comme celles que j'avais faites pour mon fils). 


Comme il est important d'avoir aussi des petites attentions pour l'aîné. Dans la même boutique (le petit souk, oui j'adore cette enseigne), j'ai trouvé un petit lapin blanc


Les lecteurs de longue date de ce blog se souviennent peut-être des cadeaux réalisés pour son premier enfant. Le thème de sa chambre étant la forêt enchantée, je m'étais un peu lâchée sur les lapins et j'avais confectionné un petit livre d'éveil très forestier. Je suis restée dans le même thème pour lui fabriquer sa petite boîte à souvenirs.


Un petit écureuil rêveur...


Un renard joueur...


Une rencontre douce et piquante à la fois.


Quand la renarde dort, le lapin ose s'approcher.









Voilà donc deux petites boîtes, prêtes à accueillir les trésors de ces deux enfants : jeux de cartes, bonbons, gommettes et stickers, figurines, gadgets, cailloux, petites voitures, marrons ou pommes de pin ?


28/10/2017

Día de los muertos



Fin Octobre, pendant qu'en France, on achète des chrysanthèmes et que les anglosaxons creusent leurs citrouilles d'Halloween, les mexicains célèbrent durant plusieurs jours leurs morts d'une manière qui visuellement me ravit. Des squelettes, de la couleur, des fleurs, des autels, des offrandes, du sucre et une pointe d'humour, ça n'étonnera personne ici si je vous dis que j'ai une petite fascination pour les calaveras et el día de los muertos.


A défaut d'avoir de belles figurines de Catrina comme celles exposées dans un salon de tatouage clermontois, en cette fin d'Octobre, j'arbore un magnifique tote bag sur le thème (avec un soupçon de style Burtonien dans certains crânes). 


Quand j'ai vu ce crâne en plastoc' à 1 euro à Babou, la question n'a pas été "to be or not to be ?" mais plutôt combien de temps va-t-il tenir entre mes mains avant d'être peinturluré ?


 De la gouache, des pinceaux et zou !


Je m'inspire donc de cette vieille tradition mexicaine pour essayer d'instaurer une nouvelle tradition familiale. L'idée est de faire une peinture totalement éphémère, de passer un coup d'éponge une fois la fête passée et de recommencer l'année suivante.
J'ai donc fait simple et rapide cette année, juste pour tester en attendant que mon fils se joigne à moi les années futures. Il me semble que pour les petites mains, c'est beaucoup plus facile de faire des décorations de calaveras avec des pinceaux ou même le bout de ses doigts que de découper un potiron au couteau. Quelques ronds, quelques traits, le tour est joué.


Quelques fleurs au crochet, des bougies... 


... de quoi obtenir l'atmosphère que je souhaitais avoir dans mon atelier. 

Je voulais obtenir une lumière douce et orangée comme celle du film The Crow : city of angels puisque ce film est le point de départ de ma fascination pour les calaveras.


J'ai beau savoir que tout le monde considère The Crow : city of angels comme une pâle suite du premier volet, j'adore ce film de façon viscérale. Il paraît que c'est une daube mais ce film a marqué mon adolescence tout autant qu'Edward aux mains d'argent et j'y suis attachée.  

 
Est-ce à cause de Mia Kirshner, sublime dans ce film ?


 ou à cause de ses looks déments ?


Est-ce à cause de la présence d'Iggy Pop, de la musique de Graeme Revell ou de la bande-son qui regroupe PJ Harvey, Hole, Bush, Linda Perry...


A moins que ce soit à cause de Vincent Perez


et du fait que j'ai toujours eu un penchant pour les personnages ayant une part d'animalité ?




Ou tout simplement parce que l'univers visuel, l'ambiance à la fois grunge et gothique de ce film m'ont profondément influencée, plus ou moins consciemment (et ça continue d'ailleurs).


Pour mon tout premier Halloween, je m'étais fait un maquillage de The Crow et je crois qu'à tous les Halloween suivants, j'ai regardé ce film. Sous un premier abord de noirceur, violence et décadence, je trouve qu'il émane beaucoup de lumière et de beauté de ce film.


C'est un de mes films "doudou", vous savez ces films qu'on ne se lasse pas de regarder, surtout si on est un peu fatigué, ces films où on s'enroule façon chenille dans un plaid en laine avec si possible une tablette de chocolat à portée de main.




Cette année donc, comme toutes les autres années, avec un saladier de friandises sur les genoux (si le chat laisse un peu de place), je vais regarder The Crow : la cité des anges mais cette fois, avec un mini autel mexicain placé devant ma télé. Je m'en régale à l'avance.


Le défi du chat de ce trimestre a pour thème la tradition : "Dans son sens absolu, la tradition est une mémoire et un projet, en un mot une conscience collective : le souvenir de ce qui a été, avec le devoir de le transmettre et de l'enrichir". Je ne saurais vous dire comme ces mots me parle... et voilà ici ma participation. Avec un crâne, se souvenir d'une tradition ancestrale, se souvenir de mes Halloweens passés et imaginer des suivants avec la volonté de transmettre l'envie de fabriquer quelque chose de ses mains et la nécessité de rire des choses graves




Note à l'attention du lecteur : aucune moustache de félin n'a été roussie durant cette séance photo.
(de justesse...)