23/12/2015

Noël et un souffle de culture iñupiaq dans mon salon.

Chaque année, je râle que je n'ai pas envie de faire de déco pour Noël, je menace de ne pas faire de sapin du tout, je rouspète que Noël c'est tout pourri et que ça m'inspire pas. Cette année, j'crois que ça a été pire que les années précédentes. Je ne pouvais plus voir mon mini-sapin en peinture, ni mes décorations home-made faites avec amour sur le thème "forêt enchantée". Je ne voulais pas non plus refaire un Noël Tim Burtonien... bref, des semaines à tourner en rond à la recherche d'une idée et à pester sur la "magie de Noël".
Et puis finalement, au détour d'une allée de Zôdio (non, cet article n'est pas sponsorisé ^^ c'est juste qu'à force d'y aller pour une anim' pyrogravure par-ci, un marché de Noël par-là ben, je finis par trouver mon bonheur dans les rayons), je suis tombée sur ce petit renard blanc et ça a été le coup de foudre.


Je suis rentrée toute guillerette pour annoncer à mon Homme : "je sais, je vais faire un Noël ambiance polaire, renard blanc, ours blanc et..." me coupant dans mon fol élan, l'Homme me dit : "Never Alone quoi".
Mais oui mais c'était bien sûr ! J'avais dit que je voulais faire une mosaïque sur ce jeu vidéo !! Du coup, je me suis jetée sur mes pinces japonaises et la mosaïque est apparue dans mon salon. Je laisse l'article ici si vous l'avez raté.


Dans le jeu, il y a un Homme-Chouette.


et il m'a tout de suite rappelé deux petites chouettes en bois que j'avais depuis des lustres. 


Je n'ai pas fait beaucoup d'achats, déjà parce que c'est galère de trouver des décorations pour mini-sapin et ensuite parce que j'avais pas particulièrement le temps de chercher. J'ai juste trouvé 4 mini-boules aspect givrée/mer de glace à Zôdio et 3 petits renards en bois de chez Artemio à Dalbe pour trois fois rien.


 Tout le reste, c'est de la bricole maison.
J'ai commencé par pyrograver un gros ours blanc sur une rondelle de bois sciée.


et il est resté seul très longtemps sur sa banquise... jusqu'à la nuit dernière où je lui ai créé de nouveaux copains. J'ai choisi le bois le plus banc que j'avais. J'avais envie de faire des pyrogravures très claires, peu appuyées pour donner un effet de blancheur et de pureté. Juste quelques traits


J'avais fait des recherches sur l'art des Iñupiat ces derniers temps. Cette nuit, je suis donc partie fouiner dans mes dossiers et captures d'écran pour faire aussi une petite série de pyrogravures plus proches de leur culture, graphiquement parlant.


L'Homme m'avait demandé si il y aurait des bébés phoques. J'avais répondu "Oui, bien sûr dans la gueule d'un orque ! Esprit de Noël quoi !! " ;)
Au final, j'ai été sobre
(presque je me déçois ^^), y'a juste une petite tête de phoque gravée, inspirée d'une sculpture trouvée sur le net. 


Un bougeoir et une petite couronne trouvés chez Eurodif, quelques pommes de pin. C'était joli mais je trouvais qu'une seule bougie, c'était tristoune sur ma cheminée. Alors j'ai pyrogravé un petit décor sur un bougeoir carré sur le même principe que celui que j'ai fait pour mes parents


Hormis pour l'ours, je me suis totalement inspirée du design du jeu vidéo. De face en face du carré, on suit l'histoire, comme on la suivrait sur une sculpture sur os de baleine.



J'ai installé mes deux petits chouchous, les animaux endormis, dans mon ancien sapin. 


Dominante de bleu et de marron, beaucoup de bois et un tour de sapin cousu à la dernière minute (cet aprem' ^^). Tout simple : toile de jute et biais bleu glacé.



Cette année, j'ai bien évidemment rajouté le deuxième sapin, entièrement fait-maison.
(le tuto en images, c'est par ici)


Comme il n'était pas prévu au programme, j'ai dû improviser pour le garnir mais je l'adore


Il y a toujours un plateau sur ma table basse pour poser mon mug, une assiette de gâteaux etc... Vous l'avez déjà vu, je le change au grès des saisons. Je l'ai modifié de façon très simple et rapide. Un morceau de tissu bleu ourlé, des plumes blanches, une plaque de verre par-dessus le tout. Une petite guirlande de loupiottes. Des ronds et des plumes pour évoquer les bolas. Je reste dans la culture Iñupiaq ;)


Je n'ai vraiment pas eu le temps de faire tout ce que j'avais en tête. Presque tout a été fait entre hier soir et le moment où je publie cet article. Mon sapin est fait à temps pour Noël et je me sens merveilleusement bien dans ce décor, c'est l'essentiel. Je pense que les futurs Noëls se feront sur ce thème là quelques années alors j'aurais bien le temps petit à petit de venir à bout de mes idées mosaïque ou couture...





Je vais savourer mes guirlandes de lumière, mes bougies, 
mes vacances et les longues soirées tricot-chocolat chaud-films-jeux vidéo ! 

Je vous souhaite un Joyeux Noël à tous !


21/12/2015

Pyrogravures et petit sapin de bois.


Quand approche Noël, j'ai toujours des envies de pyrogravure. Il faut dire que l'aspect naturel et chaleureux du bois se prête vraiment bien aux décorations de Noël, diverses et variées. Cette année, je me suis attaquée au petit bougeoir que j'avais eu en cadeau lors de la Journée des Blogueuses de Zôdio.


Je ne savais pas trop quoi faire sur cette forme carrée, surtout que Noël n'est pas vraiment une grande source d'inspiration pour moi... Finalement j'ai choisi de faire des petites scènes qui se poursuivent de face en face du cube.



La pyrogravure, c'est l'idéal pour les gens comme moi qui font leur déco à la dernière minute parce que ça ne prend vraiment pas beaucoup de temps. Le plus dur, c'est juste de trouver une idée à dessiner après, tout se déroule très vite. Ces supports tout prêts sont super tendres à graver (parfois trop, heureusement que j'ai un pyrograveur à chaleur variable, ça aide bien).


J'ai offert ce petit bougeoir à mes parents lors d'une courte visite, avant les vacances. Comme je ne serai pas avec eux à Noël, je voulais participer à la déco : une façon d'être un peu présente malgré tout. Je me suis donc lancée, toujours à la dernière minute, dans la pyrogravure de ronds de serviettes (dénichés chez Dalbe cette fois-ci)


J'ai repris un peu les mêmes éléments de décors que sur le bougeoir 
pour former un petit ensemble cohérent.


Cette visite chez mes parents pré-Noël, ça a été aussi l'occasion de prendre quelques cours de bricolage auprès de mon papa : profiter de son savoir-faire et de son matériel.
Je voulais me fabriquer un petit sapin de Noël en bois pour agrémenter mon stand pour le marché de Noël et mettre mes créations pyrogravées en contexte.


J'ai eu cette idée deux jours avant le marché. Ça laissait peu de temps pour agir mais je savais ce que je voulais et comment le faire donc ça a été une affaire rondement menée. L'aide paternelle était nécessaire, je n'avais pas de scie sauteuse (en appartement c'est compliqué) et je ne suis pas hyper à l'aise avec ce genre d'outil du diable. On a utilisé du contreplaqué d'épaisseur 0.4 cm et pour vous donner un ordre de grandeur, il fait 46 cm de largeur et de hauteur.


Je l'ai laissé scier mes formes de sapin emboitables et je me suis chargée de percer des dizaines et des dizaines de trous sur ce sapin pour pouvoir y accrocher toutes mes pyrogravures.


Une journée à couper des rondelles dans des branches de bois. J'en ai profité pour avoir un petit cours sur les différentes sortes de scies, les boîtes à onglet, me faire les muscles des bras et me prendre pour Charles Ingalls.
Une autre journée à poncer et percer tous les bouts de bois. Au final, j'ai fait une soixantaine de pyrogravures et il me reste encore des morceaux de bois vierges pour mon usage perso ou pour l'année prochaine. De quoi, me faire plaisir en somme...


Cette escapade à la campagne a donc permis de faire tout le bruit dont j'avais besoin des heures durant et d'épargner les oreilles de mes voisins d'immeuble. J'ai drôlement apprécié travailler en plein air, au soleil qui plus est. Ça change !


A me voir scier et scier sans relâche, le chat de la maison a eu un peu peur, je crois, que je m'en prenne à ses arbres fétiches, vu sa façon de s'accrocher aux branches et de me narguer d'en haut. Alors que bon, je tiens à le et vous rassurer, je ne participe pas activement à la déforestation. Mes parents me mettent de côté les branches cassées par les tempêtes et orages.


Une fois la partie "Bob le bricoleur" finie, j'ai pu me consacrer à la pyrogravure. 
Voilà une petite partie de la production de ces derniers jours : 
plein de petites décorations à suspendre au sapin


Même principe que l'an dernier. J'ai juste modifié mes dessins. C'était plus drôle pour moi d'imaginer de nouveaux modèles et de m'inspirer des nervures de chaque bois. 


Pourquoi une telle production ? Ce weekend, je participais au Marché de Noël des Créateurs de Zôdio. Vous pouvez donc admirer mon petit sapin in situ (même si au moment où j'ai pris la photo, je n'avais pas encore eu le temps d'accrocher toutes mes décorations dessus). Avec les couleurs de mes tote bags "papillon", de mes balles tricotées, de mes mosaïques, je me fondais drôlement bien dans les étalages colorés du magasin.


Peut-être trop parce que niveau ventes, ça n'a pas été de la folie. Pourtant il y avait un monde fou. Pourtant mes collègues ont bien vendu. Pourtant j'ai eu des compliments à regonfler mon ego pour des semaines. Pourtant mon R2D2 et mon BB8 ont fait craquer plus d'un enfant ! mais aucune maman... C'est comme ça. Un jour sans.
J'ai pu brancher mon pyrograveur l'après-midi, ce qui m'a permis de faire quelques petites pyrogravures personnalisées. Ce n'est pas toujours évident de dessiner sur commande et rapidement ce dont les gens ont envie mais j'ai bien aimé ce challenge là.
Bilan un peu décevant par rapport à la quantité d'énergie fournie cette semaine mais ce n'est pas grave, les journées à Zôdio sont toujours agréables et puis on y fait de chouettes rencontres :) 

Mes pyrogravures restantes prendront le chemin de mes boutiques Dawanda et ALittleMarket l'année prochaine, les nouvelles mosaïques arriveront sans doute dès Janvier.


Au final, pour le moment j'ai fait 3 sapins : celui du boulot, celui de mes parents, celui de mon stand mais toujours pas celui de mon chez-moi. Les grandes échéances étant passées, je vais pouvoir prendre un peu de temps pour moi, mon appart, mes tricots, mes projets perso, ma déco. Je vais sans doute trouver une petite place dans mon salon pour le sapin en bois. Je vais rebrancher le pyrograveur, peut-être la machine à coudre aussi... et j'essaye de vous montrer tout ça avant Noël. J'y crois, je peux le faire ! ;)

14/12/2015

La petite fille et le renard

Je trouvais que ça faisait longtemps qu'on n'avait pas vu une mosaïque sur ce blog alors je suis ravie de vous présenter celle-ci qui me permet de vous parler d'un énorme coup de cœur "jeu vidéo" : 
Never Alone (aussi appelé Kisima Inŋitchuŋa mais Never Alone, c'est quand même plus simple à retenir...)


En Juillet dernier, en pleine canicule écrasante, je m'apprêtais à passer ma nuit à jouer à Garden Warfare mais voilà, impossible de se connecter au PSN... Bon, pas grave, je vais jouer à Don't Starve, ah zut, il faut aussi une connexion Internet... bon ben je vais tenter ce petit jeu indépendant qu'on a téléchargé ya quelques temps... Quelle belle surprise!

Adieu frénésie des FPS, dès les premières minutes de gameplay (les curieux peuvent cliquer ici), un rythme tout différent s'impose.  
Never Alone est un jeu de plateforme/puzzle accessible à tous. Si vous cherchez du challenge et de la durée de jeu, ce jeu n'est pas ce qu'il vous faut ! Mais je vous conseille quand même d'y jeter un œil parce que passer à côté de ce jeu, c'est passer à côté d'un beau voyage


Il nous délivre un conte, le parcours initiatique d'une petite fille qui part à la recherche de l'origine du blizzard qui empêche les gens de son village d'aller à la chasse et qui les met tous en péril. Elle rencontre très vite un renard arctique qui va l'aider dans son parcours et lui faire découvrir toute la beauté et la bienveillance des esprits de la nature.

Ce jeu se joue à deux, en coopération (l'un jouant le renard, l'autre la fillette) ou en solo en jonglant tour à tour avec les deux personnages, ce qui fait un peu travailler les méninges. 
  

Une des choses que j'aime particulièrement dans ce jeu, c'est qu'au fur et à mesure de notre progression, on déverrouille des notions culturelles, petites vidéos à regarder, l'occasion de découvrir un peuple qu'on connaît peu : les Iñupiat. D'ailleurs vous le saurez : un Iñupiaq, des Iñupiat (c'était la minute Bernard Pivot du jour). Réalisé en collaboration avec ce peuple d'Alaska, ce jeu, basé sur leurs histoires locales, est imprégné de leur culture et de leur art. 


Ainsi, on découvre la fonction narrative des sculptures dans les os de baleine, comment en Alaska on ne parle pas d'igloos comme au Canada mais d'apuyyaq, qui sont les "petites gens" dans leur folklore et pourquoi il vaut mieux porter une capuche sous les aurores boréales... Mythologie, spiritualité, on se laisse emporter. 


On découvre également l'importance de la tradition orale, des anciens ; l'importance du tambour qui symbolise la vie, la vitalité, le cœur de la communauté ;  l'importance du partage qui a été essentiel à la survie de leur peuple et enfin l'égalité de toute chose : homme et animal.


L'humilité est une valeur centrale chez les Iñupiat, peuple depuis toujours à la merci du temps, du climat, des animaux ; un équilibre fragile bouleversé par le recul de la banquise et le réchauffement climatique. Le message écologique est évidemment présent mais il n'est pas martelé tout du long de façon lourdingue. Il en est d'autant plus efficace à mon avis.


Ce jeu a clairement un supplément d'âme. C'est un jeu onirique, poétique, intelligent et reposant. Un jeu qui te dit : "Installe-toi confortablement ma petite, je vais te raconter une histoire". 
Il n'est pas parfait. C'est même rare de rencontrer autant de bugs dans un jeu de nos jours. J'ai souvent dû quitter la partie pour cause de renard incrusté dans le décor ou de plantade générale mais honnêtement, on s'en fout ! Ce jeu est une petite merveille à mettre dans toutes les mains. Pour tout vous dire, quand je regarde cette petite vidéo, j'ai même les yeux embués et je ne crois pas que ce soit à cause du blizzard.


 Revenons-en à la mosaïque


J'ai passé un temps fou à former les deux visages 
et à tailler la pièce idéale pour dessiner le nez de Nuna, la petite fille. 


Le vent est omniprésent dans ce jeu. On apprend très vite à s'en protéger ou s'en servir. On apprend surtout à observer les changements de l'air, le mouvement des flocons qui annonce une nouvelle rafale de vent. Personnellement, je trouve que c'est avec ce genre de petits détails subtils qui nous obligent à être attentif à l'environnement que les concepteurs font passer le message suivant : on est tout petit face aux forces de la nature mais on peut vivre en harmonie avec.

Je me suis appliquée à former les bourrasques et les flocons, en bleu pâle et blanc mat pour qu'ils se détachent du fond.


Comment délimiter le blanc de la banquise de celui du ciel ? Comme pour la mosaïque de John Snow, j'ai joué avec le contraste mat/brillant. C'est subtil mais après tout, dans ce genre de décor, ciel et terre ne font presque qu'un.


Les mosaïques, c'est comme la neige et la glace, ça change d'aspect selon la lumière. 



Je vous avais dit que je traversais une phase beige, blanc et bleu. Cette mosaïque vient donc décorer ma table basse cette saison : ma façon pour ramener un peu de douceur dans le froid de l'hiver.


J'aimerais bien vous parler davantage de ma déco de Noël la prochaine fois mais voyez-vous pour le moment, elle n'est pas encore finie... J'ai plein d'idées en tête mais je ne sais pas si j'aurai le temps de les réaliser. Je suis en plein dans la création de nouvelles mosaïques et pyrogravures pour le Marché de Noël des Créateurs de Zodio, samedi prochain.
Bref, un vent de panique souffle par chez moi ;)

En rédigeant cet article, je me suis rendu compte que le vent y tenait une place centrale. Et moi qui me disais pas inspirée par le thème du vent donné pour le défi du chat de ce trimestre... Voici donc ma participation !