16/02/2015

[DIY] Mosaïque, mode d'emploi.

J'ai commencé la mosaïque sur un coup de cœur. Je n'ai pas pris de cours, j'ai acheté le matériel de base et j'ai foncé tête baissée. Je me suis posé bien des questions, seule devant ma planche de bois, j'ai fait de belles erreurs et j'en ferai encore, je ne me fais pas d'illusion là dessus. J'avais juste envie de partager avec ceux qui voudraient se lancer à leur tour, les bases à connaître et les quelques pièges à éviter (en tout cas, tous ceux dans lesquels j'ai sauté à pieds joints). 

Au niveau du matériel, la base c'est :


- Le support : je conseillerais pour débuter du contreplaqué ou du MDF. Mais sachez-le, tout support peut convenir du moment qu'il est solide (boîte en fer, objets en terre cuite, verre, pierre, plastique épais, meuble en bois...) et qu'il ne craint pas trop l'humidité (évitez le carton!).
Une des questions que je me suis posée en débutant : est-ce que je peux m'attaquer à un pot de fleur, à une surface incurvée?
La réponse est oui mais vous n'allez pas vous faciliter la tâche.
Il faut couper les morceaux assez finement. Ils ont tendance à glisser contre les parois et il faut attendre que chaque partie sèche pour pouvoir tourner votre ouvrage et continuer. 

- La colle : en règle générale, la colle blanche suffit pour la plupart des matériaux. Si vous vous attaquez à des supports plus originaux alors pensez à prendre une colle adéquate (référez vous aux étiquettes). Certaines personnes préfèrent l'appliquer au pinceau. Dans les magasins de loisirs créatifs, elle est souvent vendue sous forme de "biberon" et personnellement, je trouve ça plus pratique pour poser la pointe de colle nécessaire à l'arrière des morceaux à coller.

- Les pinces japonaises : entre 10 et 20 euros à l'achat et relativement inusables (des années que j'ai la mienne et elle n'a pas bougé). C'est l'outil de base à avoir pour casser les tesselles.

- Les pinces zag-zag : un nom rigolo et des petites roulettes! Elles sont plus chères que les précédentes et je dois dire que je m'en sers assez peu. Il arrive que je les dégaine face à une tesselle rebelle mais j'ai pris mes habitudes avec les pinces japonaises et je suis plus à l'aise avec. Je sais pourtant que certains mosaïstes ne jurent que par elles. Les goûts, les couleurs... Il faut tester pour se rendre compte mais pour débuter et se faire une idée de ce qu'est la mosaïque, je conseille plutôt l'achat des pinces japonaises.

Où trouver le matériel?
 

Je me fournis essentiellement dans les magasins de loisirs créatifs-beaux arts-décoration (Dalbe, Arteis...), adresses que je recommanderais aux débutants. Vu ma consommation, je me fournis aussi dans les grandes enseignes de bricolage, notamment pour le ciment et la découpe du bois. Je picore sur des sites spécialisés pour des matériaux très précis. Je vous en conseillerais trois :
- Championnet Carrelage
- Côté Mosaïque
- Made in Mosaic

Mais attention, la mosaïque, c'est lourd et les frais de port ne sont pas négligeables! 
 

Premier piège à éviter : ne partez pas à l'aventure, prenez le temps de réfléchir à votre projet et surtout, le dessiner.
Une fois les pièces collées, votre mosaïque sera figée (et vos erreurs avec).
La seule manière de limiter les regrets est de prendre son temps dans les phases préparatoires. Dessiner, effacer, recommencer jusqu'à être satisfait.

J'ai peu de conseils à donner sur le dessin en lui-même. Pour moi, le dessin est un espace de liberté absolue. Il faut avant tout se faire plaisir.
La seule particularité du dessin dans le cadre de la mosaïque est la suivante : qui dit détails, dit découpes fines (et dit galères). Pour votre première mosaïque, envisagez des formes assez simples et si vous voulez faire quelque chose de détaillée, pensez plutôt grand format.


Votre dessin vous convient? Parlons alors un peu des tesselles et là, j'ai envie de dire : bienvenue dans le monde merveilleux des mosaïstes!


Je ne pourrais pas détailler la multitude des matériaux qui existent. Je découvre des matières tous les jours. Pour vous rendre compte de cette merveilleuse palette, je vous invite à aller visiter le site de Championnet carrelage, à ma connaissance le site le plus fourni et véritable caverne d'Ali Baba. Flânez et laissez-vous inspirer par les textures.
Ce sera la majeure partie de vos achats puisqu'une fois qu'on a acheté sa pince, on est tranquille. Niveau budget,
ça peut aller de 0.80 euros les 100g à plus de 5 euros LA pièce.
Je ne vais parler ici que des grandes catégories les plus courantes, celles que vous trouverez facilement dans les magasins de loisirs créatifs, les plus abordables, les plus faciles à travailler (et accessoirement mes préférées). 


Vous pouvez tout à fait mélanger les matières (émaux, grès, bulles ou tiges de verre, faïences, nacres, miroirs, galets japonais...) dans votre travail et créer ainsi des contrastes intéressants mais pensez à vérifier qu'ils ont la même épaisseur (à moins que vous vouliez justement travailler sur les effets de profondeurs).
Ces trois matériaux ci-dessous se marient sans problème. 


- Les émaux de Briare sont ceux que j'utilise le plus. J'aime leurs reflets et ils supportent des coupes très très fines sans s'effriter. Le nuancier est assez limité mais très beau. Dans la même nuance, les teintes changent légèrement d'un carreau à l'autre et j'aime bien l'effet que ça donne sur l'ensemble.
Il existe aussi une gamme mat, la gamme Mazurka, rarement disponible en magasin, il est possible de la commander.  
 
- Le grès cérame (non émaillé) est absolument sans brillance et propose un aspect assez brut. Il est très solide et me semble peut-être légèrement plus raide à la découpe ce qui rend plus difficile l'obtention de morceaux très fins.

- La pâte de verre est celle des trois qui propose le plus de coloris et d'aspects différents : pailletée, irisée, marbrée, transparente... Si vous voulez faire une mosaïque sans découpe, juste dans la juxtaposition des carreaux ou du pixel art, c'est celle que je conseillerais. Elle se casse facilement et peut-être trop facilement à mon goût. Les carreaux sont striés sous l'envers (plus ou moins selon les fabricants) pour faciliter l'adhérence de la colle mais personnellement, ça m'enquiquine. 
Moi qui aime travailler avec de fins morceaux, je me retrouve avec des morceaux bancals et difficiles à faire tenir (sur la photo ci-dessous, on se rend bien compte que si on coupe en petits morceaux, le dessous ne devient absolument plus plat). Les textures sont trop intéressantes pour que je m'en passe mais ce n'est pas ce que je préfère travailler.


Bon maintenant faut se lancer, faut commencer à couper!

Au début, il y a de grandes chances qu'il y ait des ratés. Ça va exploser en éclats de tous les côtés et la coupe sera anarchique (ou alors c'est que vous avez vraiment ça dans le sang... ou que j'explique super bien...).
Pour votre sécurité, il est indispensable d'utiliser des lunettes de protection 

Je ne plaisante pas, il y aura plein d'éclats et d'échardes partout et le danger est réel. Avec un oeil en moins, on mosaïque beaucoup moins bien. Protégez-vous et tout ira bien.
J'ai aussi toujours des pansements pas loin quand je travaille. C'est presque inévitable qu'à un moment où un autre une écharde se plante dans la peau.
Il y aura aussi beaucoup de poussières de matériaux.
La mosaïque n'est pas un loisir propre. Armez-vous d'une balayette et d'un aspirateur et autant que possible gardez-vous un endroit dédié à la mosaïque.

(pas à côté de la nourriture, pas à côté de votre lit, pas avec de jeunes enfants qui gambadent à côté, etc...)



La pince s'utilise comme sur la photo, partie arrondie au milieu de la pièce à couper (j'ai coupé en utilisant la pince dans l'autre sens pendant des années, ça marche aussi mais c'est pas très orthodoxe comme méthode ^^). Placée comme sur la photo, vous obtiendrez deux rectangles. Pour obtenir deux triangles, placez votre pince sur la diagonale, du centre à une pointe du carré. Voilà les bases de la découpe.
Ça ne demande pas beaucoup de force. C'est juste un coup à prendre, à force d'utilisation on arrive à comprendre comment les matériaux fonctionnent et on en fait ce qu'on veut. Ne vous découragez pas, on finit par les dompter ces carreaux!


Avec ma mosaïque, il n'y a aucun gâchis. Ne jetez pas les pièces restantes, elles finiront toujours par trouver une place dans une autre mosaïque. Le hasard fait parfois bien les choses, une pièce bizarroïde sera parfaite pour faire un détail d'un visage difficile à obtenir par la découpe.


C'est un peu comme faire un puzzle mais chaque pièce ici trouve sa place sans difficulté. Si elle ne rentre pas à l'endroit voulu, il suffit de la recouper ou de la rogner avec la pince.


Une fois toutes les pièces collées, laissez sécher plusieurs heures. On a beau être pressé de voir le résultat final, mieux vaut être patient et remettre le ciment au lendemain. Les pièces qui se décollent au moment de la pose du ciment, j'ai testé et c'est vraiment la poisse!


Passons aux joints. Le ciment est essentiel. Ce n'est pas juste quelque chose que l'on place pour fixer les tesselles et finir le travail. C'est vraiment un élément à part entière de l'ouvrage final auquel il faut penser dès le début. On peut vraiment s'amuser avec, le rendre plus ou moins présent, s'en servir pour souligner une forme et même l'incorporer au dessin...

Il se présente sous forme de poudre à diluer dans l'eau. Il se trouve en petits pots dans les magasins de loisirs créatifs, idéal pour débuter. En général, plusieurs couleurs sont proposées (au minimum blanc et gris, les plus classiques).

Étant un peu "mosaïque-maniaque", je me fournis plutôt rayon bricolage et j'utilise des gros sacs de 5 kg de la marque Bostik. Il est possible de colorer soi-même son ciment en y incorporant de la peinture acrylique (mais prévoir alors une quantité suffisante pour pas se retrouver confronté à un problème de teintes différentes en cours d'ouvrage). 


Au niveau du ciment, c'est le système D qui règne chez moi. J'effectue le mélange dans des récipients, en général, de vieux pots de fromage blanc (un par couleur de ciment, les colorations sont tenaces). J'utilise une ancienne cuillère de dosage de cappuccino pour faire le dosage (une dose d'eau pour trois de ciment en principe, voir votre étiquette, c'est toujours précisé). Un autre cuillère me sert à déposer le ciment sur ma mosaïque.


J'applique le ciment avec une raclette mais la vieille spatule de pâtisserie ci-dessous a fait l'affaire pendant quelques années. Ce qui est utilisé pour la mosaïque ne servira que pour ma mosaïque. Les gants sont indispensables lors de la pose du ciment. Les produits sont irritants pour les yeux, les voies respiratoires et la peau donc à utiliser avec précautions et autant que possible dans une pièce aérée.


La marche à suivre est très simple, on recouvre toute la mosaïque de ciment. On étale bien à l'aide de la raclette en faisant attention à combler tous les interstices. On laisse sécher 20-30 minutes (encore une fois, se fier à l'étiquette du produit). Vous ne voyez plus votre travail, vous avez envie de paniquer? c'est normal.


Vient ensuite la partie la plus magique, le moment où la mosaïque se dévoile... A l'aide d'une éponge ou d'une lingette éponge humidifiée, enlevez le surplus de ciment. Laissez sécher à nouveau (et oui, décidément, il vaut mieux être patient quand on fait de la mosaïque).


24h plus tard, votre mosaïque est sèche mais il subsiste un léger voile de ciment sur les carreaux. Il suffit alors de nettoyer votre ouvrage avec une chiffon légèrement humide ou imbibé de vinaigre blanc. En général, je passe ensuite un vernis fixateur de joint au pinceau mais ce n'est pas indispensable.


Je vous laisse sur ces deux photos, avant et après ciment. J'ai utilisé des ciments de différentes couleurs sur des mosaïques semblables pour vous montrer à quel point le choix du ciment est déterminant sur le résultat final. 
Le ciment noir dans ce cas donne une unité au sujet principal (la vedette, mon chat, ma muse ^^) et assombrit les couleurs. Le jaune unifie le fond alors que le blanc fragmente toute la mosaïque et éclaircit les teintes. Il n'y a pas de mauvais choix, tout dépend ce que vous souhaitez faire et l'impression générale que vous voulez donner, ce que vous voulez mettre en valeur...


Cet article n'a pas la prétention d'être exhaustif, ce n'est pas possible. Les conseils que j'ai donnés valent pour la mosaïque créative et artistique d'intérieur. Si vous vous lancez dans la mosaïque extérieure, une salle de bain alors il faut penser à utiliser des matériaux non poreux, résistants, qui ne craignent pas le gel, un ciment adéquat etc
La mosaïque, on peut en parler pendant des heures. J'ai l'impression d'avoir survolé le sujet mais j'espère juste que ça vous aidera à démarrer et vous évitera de mauvaises surprises. N'hésitez pas à me poser des questions (ça m'aidera aussi à savoir ce dont je dois parler dans d'éventuels articles sur le même thème) mais ayez bien en tête que je ne suis pas carreleur ^^

35 commentaires:

  1. Merci pour ce petit cours de mosaique ^^. Je ne pense pas me lancer dans la mosaïque, faute de temps (broderie, couture, crochet, tricot et études... j'ai déjà du mal à gérer ^^) mais c'était très intéressant. Le résultat avec les teintes de ciment différentes est vraiment impressionnant!

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Merci! on finit par apprendre un tas de trucs de ses erreurs.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Merci beaucoup! J'avais peur que ce soit un peu rébarbatif toutes ces explications ^^

      Supprimer
  4. J'aimerais essayer... un jour... Et j'ai déjà la pince !!!!

    RépondreSupprimer
  5. Rooooooooooh, je méga-garde cet article sous mon coude !! Ca donne trop envie d'essayer !! (et de me faire MON PROPRE R2D2, na :p)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chic chic chic! Je veux le voir ton R2D2! et tout le reste parce qu'à mon avis, ça pourrait bien être le premier d'une longue série :)
      Bon après j'ai des copines qui ont testé et qui n'ont pas du tout accroché sur le côté bricolage-pinces-bordel-poussière (pour ça que je préviens) mais l'avantage c'est qu'on se rend vite compte si on aime ou pas. Moi, je trouve ça très relaxant, ça passe carrément les nerfs ^^

      Supprimer
    2. Et tu crois que c'est un brin de poussière qui va m'arrêter dans la conquète de l'R2D2 en mosaïque??? :D Non, par contre, l'éternelle taille de la to-do list à rallonge peut-être, mais on fini toujours par descendre dans la liste hein :p J'ai hâte maintenant :D

      Supprimer
    3. Oui,ça prend le temps qu'il faut mais on y arrive ^^

      Supprimer
  6. Cet article est trop cool! Tu donnes envie d'essayer, et puis, au moins je saurais quoi faire de toutes les assiettes que je casse :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé hé oui, c'est une piste ;)
      et merciiiii !
      Tu me diras si tu tentes, tu me montreras hein?

      Supprimer
  7. Wow, merci pour tous ces conseils! Très chouette article!

    RépondreSupprimer
  8. J'aime voir les coulisses ! Je suis contente d'avoir la partie sur le joint, parce que j'avoue que c'est le moment le plus angoissant pour moi. Tu me donnes envie de m'y remettre, quoique mon unique mosaïque m'a vaccinée pour encore 10 ans ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le moment le plus angoissant pour moi, c'est le visage ou les yeux des personnages (là faut pas me parler, pas m'appeler...) mais le ciment n'est pas loin derrière... on a toujours le petit trac de savoir si ça sera comme ce qu'on a imaginé.
      Sinon j'attendrai patiemment 10 ans que l'envie de mosaïque te reprenne ^^

      Supprimer
  9. salut!
    merci beaucoup pour cet article très complet, j'adore!
    ça donne vraiment envie, même si comme nalex j'ai déjà mille autres trucs en cours et pas de temps!
    merci merci!!
    bisous! priscilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien! C'est rassurant quelque part de voir qu'on est toutes pareilles... je me sens moins seule avec mes listes à rallonge ^^

      Supprimer
  10. Génial cet article! Ca donne envie de s'y mettre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mercii :) je suis ravie de contaminer d'autres personnes!

      Supprimer
  11. Waouh j'ai adoré cet article ! Le fait qu'il faille un coin rien qu'à ça et que j'ai peu de laps de temps continus et aussi que je ne sois pas très adroite (le coup des pansements m'a fait rigoler!) me fait renoncer mais quel plaisir de voir l'envers du décor, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le coup, j'ai peu de laps de temps continu pour mosaïquer en ce moment, du coup je m'attaque qu'à des petites mosaïques et laisse mes projets de grands tableaux de côté... snif!
      Et le "coin rien qu'à ça" est un idéal qui se traduit chez moi par 3mètre carré de papier journal là où il y a le moins de circulation dans l'appart ^^
      Pour la maladresse.. bon là, je peux rien faire. Travailler avec du verre cassé, on finit toujours même en faisant très attention à se couper à un moment ou un autre mais jamais rien de bien méchant.
      Tout ça pour dire, si ça fait envie, faut pas renoncer! ;)

      Supprimer
  12. Bonjour et merci pour votre article. Je l'ai lu APRES avoir fait mes premiers essais mais n'ai pas fait trop de bêtises pour le moment:)
    par contre j'ai deux questions:
    pour le fixateur de joint, faut-il attendre les 8 j prescrits? deux couches? et faut-il viser juste le joint ou n'Est-ce pas grave de dépasser sur les mosaïques?
    et aussi: mes premiers joints (de mosaïques!) datent d'hier soir...et ce matin certains sont un peu craquelés? qu'ai-je fait de mal et comment corriger??
    merci de vos réponses...
    Dominique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MERCI ! Alors, je vais essayer de répondre à vos questions :
      - Il faut mieux attendre une semaine pour passer le fixateur de joint. Même si vous êtes vraiment d'une nature impatiente ou pressée par le temps, attendez quelques jours. Il faut vraiment que le joint soit bien sec.
      - Pour les deux couches, j'avoue n'en passer qu'une seule et être satisfaite du résultat mais je pense que cela dépend à quoi est destinée votre mosaïque, si elle est amenée à être tachée et subir beaucoup de nettoyage, d'avoir de l'eau qui passe dessus etc... Comme je fais principalement des tableaux, une seule couche convient amplement.
      - Personnellement, je passe le fixateur sur l'ensemble de la mosaïque avec un gros pinceau et j'éponge rapidement avec un torchon le fixateur qui est sur les tesselles pour simplifier le nettoyage final de la mosaïque.
      - Ça ne m'est jamais arrivé d'avoir des joints qui craquellent mais j'ai peut-être une petite piste à explorer pour éviter que ça se reproduise. Je pense que cela provient de la texture de votre ciment, il doit contenir trop d'eau et être trop liquide. Essayez de le faire plus épais, il sera peut-être plus difficile à appliquer mais séchera mieux. Je serai curieuse d'avoir votre retour sur le sujet.
      N'hésitez pas à venir m'en reparler !!

      Supprimer
  13. Bonjour
    Très captivée par votre démonstration, j'ai une poule à faire, l'image que j'ai sous les yeux me montre une superposition des morceaux découpés de pate de verre, ma question puis je coller un morceau sur un autre avec la colle de base. cette superposition est faite pour étoffer le plumage.

    RépondreSupprimer
  14. anonyme du 27 avril 2016 = Colette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Colette ! Alors je n'ai jamais essayé mais il me semble que cela doit être tout à fait possible.

      Supprimer
  15. très intéressant et franchement tu es très talentueuse, je suis dans l'attente de me lancer à faire de la mosaïque mais extérieure car un muret ciment affreux je voudrais le recouvrir. Je lis tous les conseils avant de me lancer, mon muret fait près de 3 m de longueur sur 30 cm de largeur. Mais ça me tente bien.
    Merci pour tous tes conseils, idées et le partage de ton savoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !!
      et whaouu , un sacré projet que tu as là ! Je ne me suis jamais lancée dans la mosaïque extérieure alors le seul conseil que je te donnerai, c'est de bien choisir ton ciment. Bonne continuation !

      Supprimer
  16. Effectivement c'est joli mais ça me parait encore un peu difficile pour moi, je vais voir après l'installation de mes
    fenetre Bordeaux si j'ai l’audace de réaliser le même projet que toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois il suffit de se lancer pour se rendre compte que ce n'est pas si compliqué que ça ;)

      Supprimer
  17. j'ai adoré ta démonstration de toutes les étapes de démarrage de la mosaïque, je suis novice mais j'ai l'impression que je me débrouille pas trop mal, mon grand hic c'est le dessin, suis nullarde mais j'y arrive.
    Merci en tout cas pour tous les conseils. Magda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et de rien ! J'suis sûre que t'es pas si nullarde que tu le dis et l'essentiel, c'est de te faire plaisir :)

      Supprimer

=^.^= Oooh chic, chic, chic! on va me laisser un petit mot!

(Si vous n'avez pas de blog , que vous publiez sous le statut "anonyme", pensez à signer avec un petit prénom ou un pseudo. C'est tellement plus agréable de savoir à qui je m'adresse)