27/04/2015

Baby Blanket "Crapulette"


Me revoilà plus vite que prévu (finalement il suffisait de mettre le blog en pause une petite semaine pour réussir à boucler tous les projets en cours) pour vous présenter, non sans une pointe de fébrilité mon tout premier modèle de tricot.
Bon, j'avais déjà fait quelques petits DIY tricot sur ce blog, j'avais bien créé tout un tas de trucs en laine pour moi, mes proches ou les boutiques en griffonnant des notes par-ci par-là. Je n'avais cependant jamais pris la peine de les reprendre, de les tester, de modifier, de re-tester, de les mettre en forme... bref, de faire un modèle digne de ce nom.

Un défi que je me lançais donc et quelques mois d'acharnement plus tard, la Baby Blanket Crapulette est prête à être dévoilée!


C'est une couverture pour bébé tricotée en un seul bloc : pas une seule couture, promis!


Elle est constituée de points variés pour donner un bel effet visuel.


On alterne entre deux types de motifs
- ceux qui donnent un effet de tissage par des jeux de mailles endroit, mailles envers.
- ceux qui par des jetés donnent des impressions de torsades, d'obliques, de reliefs...

 
Des point texturés mais pas très compliqués. 
(même pas besoin d'aiguilles à torsades pour faire des torsades, promis!)


Je pourrais presque dire qu'il suffit de savoir faire maille endroit, maille envers et les jetés pour se lancer dans ce plaid mais il y a quelques mailles glissées, UNE augmentation et UNE diminution qui se cachent là dedans alors je ne peux pas le dire.
Mais vous l'aurez compris, il n'est pas très complexe, il demande juste un peu d'attention.


Je l'ai conçu avant tout en pensant à ceux et celles qui le tricoteront.
Je voulais quelque chose de simple mais qui amènerait quand même une certaine fierté à ceux qui l'ont tricoté.
Je sais pas vous mais quand je tricote de grandes pièces, je peux vite m'ennuyer alors j'ai veillé à ce que la monotonie ne vous gagne pas en tricotant ce plaid. On voit apparaître les différents motifs, on découvre au fur et à mesure et avant même de se lasser d'un motif, on en change.


Quand je débutais en tricot, il fallait souvent que je ré-écrive les modèles dans ma propre langue pour chaque rang et je perdais un temps fou. J'avais une sainte horreur des phrases du type "tricotez les mailles comme elles se présentent" que je ne comprenais même pas. Je détestais les "comme au rang 2" qui me forçaient à revenir sur ce qui se passait plus haut et où j'en profitais systématiquement pour me tromper de ligne. Je me rappelle très bien de cette époque (pas si lointaine) donc j'ai pris bien soin d'écrire toutes les explications pour vous guider rang par rang.


Si vous regardez plus attentivement les deux versions de Crapulette dans cet article vous verrez que la couleur n'est pas la seule différence entre les deux. Il se passe quelque chose de différent dans la ligne de point mousse verticale centrale. Une différence infime.
Dans l'une le motif déborde dans un effet tissage, dans l'autre il est plus cadré. Je n'ai pas réussi à me mettre d'accord avec moi-même (et un sondage auprès de mon entourage n'a pas départagé les deux "moi"), j'ai donc conservé les deux versions.


La semaine dernière, j'ai donc en douce mis en vente mon petit Pdf sur Ravelry.


http://www.ravelry.com/patterns/library/baby-blanket-crapulette

Le Pdf fait 14 pages. Il ne contient pas d’éléments techniques. Je ne vous explique pas comment monter des mailles, tricoter une maille endroit ou faire une augmentation. Il y a tellement de vidéos bien faites sur internet pour ça. J'ai préféré prendre le temps et la place de vous guider rang par rang avec précision.

Les deux versions de "Crapulette" y sont expliquées. Libre à vous de choisir.
La couverture mesure 90x70 cm mais si la fièvre du tricot s'empare de vous, vous pouvez enchaîner sur "La grande Crapulette", la version 135x140 cm. Le schéma pour la réaliser se trouve également dans le pdf.

Pour ceux qui ne savent pas tricoter mais qui ont pris envie de cette couverture, les deux coloris sont disponibles en boutique ici et .

Après la saveur Daim et la saveur Pistache, ma grande Crapulette sera saveur Olive. C'est ma maman qui se charge de me la tricoter. J'ai fait tellement de tests et re-tests que j'avais un peu envie de passer à d'autres choses. Et qui sait, peut-être à l'écriture d'autres modèles maintenant que je suis lancée...

Et vous, votre Crapulette, elle aurait quelle saveur?


    13/04/2015

    Geisha et sakura


    Aujourd'hui, je vous emmène jouer du shamisen sous les cerisiers en fleurs... 


    En 2010, j'avais fait ce grand tableau pour moi.
    C'était donc à mes débuts de mosaïstes. Je dis ça parce que je ferais différemment aujourd'hui.


    Et quelques années plus tard j'ai voulu proposer un petit tableau dans ce thème en boutique. 


    Quand la douce musique du shamisen et les chants de la geisha attirent tous les oiseaux des environs...
    Un petit moment suspendu.


    Principalement en émaux de Briare
    Juste un peu de grès cérame pour le shamisen et un peu de pâte de verre irisée pour la ceinture du kimono. 


    Une deuxième version du même tableau a vu le jour.




    Mais l'une comme l'autre n'ont pas fait long feu en boutique. 



     

    Les geishas referont sans doute des apparitions de temps en temps en boutique mais d'ici là, savourons le printemps.



    06/04/2015

    Les tricoteuses au Musée

    Les weekends se suivent et ne se ressemblent pas. Par contre, il y a une constante. Je mets toujours une bonne semaine à réunir mes photos et rédiger un article. Après l'immersion dans l'univers geek, je vous embarque pour un weekend Musée et Tricot. Points communs entre les weekends : bonne humeur, découverte et rencontres agréables. 


    L'équipe du k-fé tricot avait été conviée par le Musée Bargoin pour une après-midi tricot à l'occasion de la fin de leur exposition et des journées européennes des Métiers d'Art. Comme le badge épinglé sur mon pull le laisse supposer, cette journée était aussi le prétexte idéal pour revenir un peu sur le FITE passé et rencontrer les dentellières d'Auvergne qui ont œuvré pour le moucharabieh installé à l’Hôtel de Ville. Si vous aviez raté tout cela sur mon blog, je vous renvoie à l'article consacré au FITE 2014. Sinon vous pouvez aussi cliquer dans le nuage de mots clefs sur "FITE" pour voir tous les articles consacrés aux éditions précédentes, les Yarn Bombings, les préparatifs... 



    Moi la dentelle, j'y connais que pouic et que tchi. Alors j'ai profité de la présence de Geneviève et Catherine pour voir comment elles faisaient et pour poser plein de questions.


    La dentelle, ça m'a toujours un peu effrayée. Il y a des fils de tous les côtés, des épingles, des modèles avec des signes étranges et mystérieux... mais finalement quand c'est bien expliqué, on comprend au moins le principe de base. Cela a confirmé aussi que ce n'était pas une activité faite pour moi. Il vaut mieux que je me contente d'admirer la patience des dentellières et leurs ouvrages. La dentelle pour moi, ça reste quelque chose d'un peu surhumain.


    J'ai eu un petit coup de cœur pour sa création, le Puy de Dôme en dentelle de Geneviève Olloix. Placé sur un abat-jour, on ne voyait que lui.


    Je trouve que les textures, les couleurs, les points qu'elle a utilisés rendent bien compte de la réalité. On s'y croirait. Pour ceux et celles qui n'auraient pas l'allure Puy de Dôme en tête, je glisse ici une photo de Bruno Monginoux.


    mais ce n'était pas la seule petite merveille à découvrir...
    (dentelle réalisée par Geneviève, d'après un modèle de l'Hôtel de la Dentelle)


    Comme je l'ai dit plus haut, cette après-midi tricotesque avait lieu pendant les journées européennes des Métiers d'Art.
    Annick Des Grieux a obtenu un prix des Métiers d'Art en 2010 et elle était présente pour nous faire découvrir ses créations.



    J'ai un peu beaucoup flashé sur ses robes en laine. Mais comme il est difficile de les prendre en photo sans que des tricoteuses apparaissent dans le champ, je suis partie chercher des photos sur sa page Facebook. Et puis, une robe, c'est fait pour être porté.


    Pour la seconde robe que je vais vous montrer, Annick des Grieux s'est inspirée de la robe portée par Joséphine dans Le Sacre de Napoléon de Jacques-Louis David.


    Elle a eu un coup de cœur pour cette robe, elle est partie faire quelques recherches sur les robes style Empire...
    De là est née cette sublime robe, réalisée tout en tricot circulaire.


    Admirez un peu tous ces points...


    4600 mailles en bas de la robe, des perles glissées dans le voile, une finesse et un sens du détail inouï.


    De la même manière, je suis partie chercher sur son site, une photo de la robe portée. La robe prend vie différemment. Les manches prennent toute leur dimension.


    Un super aprem entre tricopines!
    On a été chouchouté par le musée, confortablement installées dans des canapés. Les dentellières ont d'ailleurs bien remarqué que les tricoteuses sortaient les gâteaux avant les aiguilles... C'est sûr qu'on papote et qu'on grignote parfois plus qu'on tricote. J'ai tout de même tricoté 6 rangs... record à battre!



    On a eu droit à plein de petits cadeaux de la part du Musée Bargoin. Et ça c'était une chouette surprise!
    Un badge laineux, un carnet, un crayon, et un tote bag : l'attirail parfait de la tricoteuse en somme. 



    Il y avait plusieurs modèles de tote bag, décorés chacun par une œuvre présente dans l'exposition. Je suis tombée sur un détail d'une broderie de Leo Chiachio et Daniel Giannone et j'étais ravie parce qu'on a toujours besoin d'un Teckel portant un chapeau dans un décor fleuri et bigarré.


    Je précise qu'il n'y a aucune ironie dans cette phrase. J'aime beaucoup le travail de ce couple de brodeurs argentins talentueux. Le côté kitschou assumé de leur mise en scène me met de bonne humeur et la présence incongrue et impassible du Teckel au milieu de tout ça m'arrache toujours un sourire. Si vous avez envie d'en découvrir plus sur leur travail, je vous laisse le lien de cet article que je trouve très complet.


    Il y avait aussi des tote bags qui reprenaient les ronds roses des tricoteuses et crocheteuses du k-fé tricot et ça, ça fait super plaisir! :)


    Les longs pans de ronds roses qui ornaient le musée avait été décrochés fin septembre. Ils ont été ressortis pour l'occasion.
    Ils avaient déroulé le tapis rouge.. bon rose, pour les visiteurs.


    En weekend de Pâques, rien de notable donc lundi prochain, mes petites créations seront de retour sur le blog. Samedi on a juste eu notre petit rendez-vous habituel entre tricoteuses au café des Augustes. Le prochain FITE clermontois a été évoqué d'ailleurs (cette année le FITE s'exporte à l'international, il ne revient en terres arvernes qu'en 2016). Les projets commencent malgré tout à se former, les idées à germer, les cerveaux à chauffer!