31/08/2015

Sur le chemin de l'école...


Quand j'ai débuté le crochet, le premier livre que j'ai acheté c'était Amigurumi, les animaux au crochet de Mitsuki Hoshi. Aujourd'hui, je vous montre un des modèles que j'avais crocheté à l'époque : un adorable petit renard.


Une branche de physalis transformée en baluchon.


Le voilà parti sur le chemin de l'école et de l'automne...


Quelques photos pour souhaiter une bonne rentrée à tous ceux qui reprennent aujourd'hui ou demain le chemin de l'école, de la fac, du boulot... et bon courage à tous ceux qui vont vers l'inconnu. 

En tout cas, moi, sur le blog, je reprends le chemin de l'Afrique. Je vous prépare un petit DIY pour jeudi. A bientôt! 

24/08/2015

Un patron, deux blouses, deux styles.


L'avantage d'avoir une maman, excellente couturière amateur, c'est qu'on peut dire "tu vois cette blouse, elle me plaît trop, j'voudrais m'en faire une pareille mais avec ça de différent et ptet plus comme ça tu vois" et bim, elle te dessine le patron parfait que tu voulais.
Par contre, ses patrons, je les comprends pas toujours donc le moment de la réalisation venu, je m'arrange pour qu'elle soit dans les parages pour qu'elle m'explique ce que veulent dire ses zigouigouis et symboles étranges. En somme, je fais de la couture accompagnée dans l'espoir un jour de passer mon permis couture-confection de patron...



Une première blouse a été faite avec une belle broderie anglaise marron.


Un tissu fin, souple et léger.
Comme un brin de blé dans le vent.



Je voulais depuis longtemps un vêtement d'été avec un tissu wax
J'ai trouvé mon bonheur ici
et dans la lancée une deuxième blouse a vu le jour.


Le rendu est différent avec ce tissu, beaucoup plus raide de nature,
mais je ne saurais dire laquelle des deux blouses je préfère. 
Il y a de la lumière dans ce tissu et dans cet orange flamboyant


Le motif a été un peu un casse-tête au moment de la coupe du tissu. Avec les fronces, difficile de trouver le "raccord parfait". J'étais pas mécontente d'être avec mon co-pilote de machine à coudre. Franchement, on n'était pas trop de deux cerveaux pour réfléchir à tout ça et aboutir à ce triangle central, à cette symétrie.



Croisillons du tissu, croisillons des sandales,
dans le genre "c'était pas fait exprès mais ça va vachement bien ensemble".


Il y a un petit chemin dans mes collines que mon ancienne voisine, une petite mémé native du pays, appelait "la côte de l'Afrique". J'ai jamais trop su pourquoi et d'où ça venait. Je ne lui ai jamais demandé. J'avais beau savoir qu'il faut toujours écouter la parole des vieux sages, je ne voyais pas bien le rapport entre l'Allier et l'Afrique. Avec la canicule de cet été et les terres asséchées, j'ai commencé à mieux comprendre... 


Pas de gnous, juste quelques vaches. Pas de zèbres, juste de beaux chevaux. 


Ma savane bourbonnaise n'est pas trop dangereuse. 
Il faut juste prendre garde au fauve qui guette la proie facile...



17/08/2015

Et on continue le safari!


Tous ces rhinos dans les rues de Clermont, ça a fini par me donner des envies d'ailleurs.


Adieu moutons, écureuils, rouge-gorges, chevaux et chats... Place aux animaux d'Afrique.


Comme d'habitude, j'ai commencé par faire plusieurs croquis jusqu'à obtenir quelque chose qui me convenait. 


Pour passer au support en bois, soit je reporte à main levée, soit j'utilise un calque. L'étape calque m'aide surtout quand j'ai du mal à simplifier mon dessin initial. En mosaïque (et pourtant je fais de fines découpes) impossible de faire autant de détails, de dégradés que sur un dessin crayonné. Il faut savoir en quelques formes géométriques évoquer l'animal. Faire des tracés grossiers sur mon calque m'aide parfois à imaginer le rendu en mosaïque.


Une série de mini tableaux, sous-mugs ou dessous de verre selon les envies...


Je me suis amusée à faire du ton sur ton pour le caméléon...



... et à jouer sur les contrastes mat/brillant pour le lion. 

 

Je me sers de plus en plus des pinces zag-zag, notamment pour obtenir de très fins rectangles comme sur la photo ci-dessous mais les pinces japonaises restent celles que j'utilise 90% du temps. Comme je le disais dans mon précédent tuto mosaïque, les pinces japonaises suffisent amplement.
Je me permets d'insister sur l'achat de lunettes de protection pour qui voudrait se lancer dans la découpe d'émaux (environ 10 euros chez un opticien). Un instant d'inattention, un éclat a été projeté directement sur mon œil. Je m'en sors sans rien mais je dois dire que ça m'a fait bizarre et que j'ai retenu la leçon. Elles ne quittent plus mon nez!


J'ai essayé différents styles : le deuxième lion a la crinière plus folle que le précédent. 


Je termine cet article par mes deux petites préférées, toute en grâce et en douceur... 


 

Un vent d'Afrique va souffler sur le blog quelques temps. Affaire à suivre... :)

13/08/2015

Safari Graffiti

A l'heure où quelques imbéciles dépensent encore des fortunes pour aller buter des animaux en Afrique, je décide de vous embarquer avec moi dans un safari-graffiti sur les traces des rhinocéros ou devrais-je dire sur les traces de Rino


On vous aura prévenus...


Au détour des rues clermontoises, on n'est jamais à l'abri de tomber sur un rhinocéros. 
Au début, ils se ressemblaient tous un peu et puis l'espèce a gagné en variété...


Il y a celui qui donne envie de s'époumoner "c'est l'histoiiiiire de la viiiiie!"


Il y a eu le plus beau d'entre tous, le plus réaliste... 



mais aussi le placide,


celui qui a pris de belles couleurs,


celui qui tend vers le vert

 

celui qui est déjà sorti du cadre (parfois je ne suis pas assez rapide...),


celui qui te fait passer pour folle : "oOoh!un rhinocéros rose qui vole..." 
*moment de solitude assuré si la personne qui vous accompagne n'a pas vu le-dit rhino à temps* 



Il y a aussi le rhino politicien qui n'est pas mon préféré 
(même si son programme peut être tentant)


 et le plus fun, mon petit chouchou : le rhino bibendum Michelin (Clermont oblige!)


Petite sélection pour vous faire découvrir le travail de Rino
Il soigne ses créations, ses cadres et nous réserve toujours des surprises.
Je sais pas vous mais moi, j'attends la suite
!

10/08/2015

[DIY ] L'étui pour téléphone "Tournesol"



Je sais pas vous, mais moi, les protections pour smartphones du commerce elles ne me plaisent pas. Je les trouve chères et pas pratiques. Par contre, comme je tiens particulièrement à mon téléphone, j'avais bien envie de protéger son petit écran (bah oui, pas de téléphone, pas des heures de blabla avec mes proches et pas d'applis Fb, Hellocoton et Instagram qui me suivent partout).
J'ai d'abord réalisé un étui, épais et moelleux, au point mousse pour encaisser les chocs et les chutes puis je me suis dit que je pouvais quand même faire mieux.
Alors j'ai pris une pelote de laine Charly de Phildar (coloris Mirabelle) et l'idée de l'étui Tournesol a tout de suite germé dans mon esprit.


Cet étui est assez simple à réaliser. Il suffit de mesurer la largeur de l'écran de votre smartphone. Le mien mesure 7 cm, ce qui correspond à 7 étoiles
Je vous laisse ici mon pense-bête (griffonné avec mes petites mimines) pour réaliser le point étoile et je ne vais pas partir dans de grandes explications pour ce point puisque d'autres blogueuses se sont déjà chargées de le faire. La vidéo de KnitSpirit est parfaite. 



En hauteur mon tél mesure 14 cm, j'ai donc crocheté ce point de 7 étoiles sur 26 cm. Une fois la bande repliée en deux, le téléphone dépassera ainsi de 1 cm. C'est plus facile de l'attraper comme ça. Et oui, je suis le Lucky Luke du décrochage de téléphone (enfin sauf quand j'ai les mains dans le ciment...) ^^ 


Vous venez de crocheter une bande de "la largeur de votre écran x (la hauteur de votre écran multiplié par 2) moins 2 cm".
Maintenant faites une rangée de demi-brides sur les deux grandes longueurs. Essayez d'être réguliers et de mettre sensiblement le même nombre de demi-brides en haut comme en bas.
Repliez la bande en deux suivant les pointillés. Fermez votre étui par des mailles serrées en passant votre crochet dans les deux côtés à la fois.



Vous avez ainsi un liseré de mailles serrées sur les cotés de votre étui. 


Rentrez les fils, c'est fini! 


J'adore cette couleur.
Ces petits soleils, ça met de bonne humeur.


L'avantage du jaune, c'est que si comme moi vous perdez régulièrement votre téléphone en le posant n'importe où, quand vient le moment de le retrouver c'est nettement plus facile. Il vous saute aux yeux! 


 

Mais si vous voulez voir ce qu'il donne dans une autre couleur, je vous laisse le découvrir sur Facebook.



 
Il y a deux ans et quelques jours, j'écrivais mon premier article sur ce blog. Depuis, il y en a eu 137. 
Deux ans, ça me paraît à la fois court et très long. On dirait peut-être pas mais trouver les idées de créations, les réaliser, faire les photos, les trier, rédiger un article, ça en représente du temps et de l'énergie tout ça. Alors forcément, le chemin est jalonné de moments d'abattement passager, de dimanches soirs à rédiger un article, de "pourquoi est-ce que je fais ça?" et de "à quoi bon"...
Je ne vous raconte pas tout ça pour vous faire chouiner dans vos chaumières mais pour vous remercier parce qu'à chaque moment de fatigue, chaque déception, il y a un petit mot de votre part, un mail, une commande, un petit like, un abonné en plus, un visiteur anonyme qui passe par là pour me réchauffer le cœur et me remotiver. 

Depuis que je suis petite, j'ai deux passions dans la vie : dessiner des grimaces aux citrouilles et des sourires aux tournesols. Je tenais à fêter cet anniversaire de blog avec ce tuto ensoleillé et finir sur ce sourire qui symbolise bien toute l'énergie que vous m'insufflez :) 


MERCI !!!